Hygiène de vie de la cosmopouffe

samedi 19 février 2005.
 

Introduction

L’étude de cette classe polymorphe de jeunes filles perdues est de prime abord très difficile. En effet, les zones de prédations de la cosmopouf sont d’accès malaisé pour l’observateur non bovin. Ajoutons à cela ses moeurs nocturnes et on comprendra vite pourquoi il a fallu attendre le milieu des années 90 pour que l’existence des premières tibus de cosmopoufs soit enfin mise en évidence.

Vie sociale et politique

La vie en petite communauté (2 à 5 individus) semble une norme, et ce quelque soit l’activité. Ainsi, la cosmopouf s’habille en groupe. Choisir les vêtements du jour répond à un rituel précis. Le choix se fait par élimination successive de ce que le groupe décide de rejeter.

On assiste alors à un grand moment de démocratie directe où chaque individu a la parole et où toute idée neuve est accueillie sans préjugé. A la fin du processus, il reste quelques vêtements qui deviendront à terme l’uniforme du groupe, par exemple un paire de moonboots rouges à talons compensés et un anorak brassière argent.

Spiritualité

Le shamanisme est présent à tous les instants sous la forme de crèmes magiques. Crèmes de jour, de nuit, crème dépilantes, anti-âges : chacune à sa fonction précise et gare à celle qui les mélangerait... un manquement à un rite entraîne de la part du groupe un rejet unanime de l’élément en faute. Ce rejet est le plus souvent temporaire : comme somme de ses éléments, le groupe cosmopouf est cyclothymique et peu rancunier.

Vie quotidienne

L’organisation de la journée est complexe. La cosmopouffe organise tout, prévoit tout, mais pour autant respecte rarement son planning. L’étude des perturbations de ce planning ne peut se faire qu’avec de bonnes connaissances en théorie du chaos. "A petite cause grands effets" semble en effet être un crédo cosmopouffe, tellement le regard des autres peut à tout moment remettre en cause chaque instant et chaque action. La disgrâce n’est jamais loin.

[...]
Répondre à cet article

Forum