Le FTP, sa vie, son oeuvre

mercredi 20 mars 2002.
 
Lorsque l’on a plein d’ordinateurs, et que ceux-ci sont reliés via ce que l’on appelle communément dans notre jargon informatique parfois si obscure et technique mais toujours pertinent un réseau ; il peut etre plus qu’utile de pouvoir échanger des fichiers d’un élément à un autre.

Plusieurs solutions se proposent alors au chalant :

-  la disquette : pas très pratique, pas très rapide. Un peu nul, en fait. ça peut etre suffisant si on a peu d’ordinateurs géographiquement très proches, et peu de données à transporter (une évolution de la disquette est le CD réinscriptible, le lecteur ZIP...)

-  la mule : on copie toutes les données sur des disques durs, qu’on déplace à l’aide d’une mule (des fois, on prends aussi des anes). C’est le meme principe que la disquette, mais adapté aux longues distances. C’est la solution que le gouvernement Italien a choisi. Notons que pour les échanges trans-océanique, il faut que la mule soit capable de nager efficacement.

(JPEG)
Transport par mule

-  le réseau : un jour, quelqu’un eu l’dée d’utiliser des fils qui trainaient et qui reliaient des ordinateurs entre eux pour faire transiter des fichiers. On ne sait pas trop d’où vient l’idée de relier des ordinateurs par des fils. Certains pensent que c’est pour éviter qu’un ordinateur se perde en gambadant tout seul ; d’autres pensent que c’est parce qu’un ordinateur fait beaucoup plus technique s’il y a plein de fils dans tous les sens ; et que relier les ordinateurs entre eux par moultes fils permet d’augmenter la densité de fils, sans que ça coute trop cher. En bref ; l’origine du réseau est obscure et remonte à la nuit des temps. Déjà, les dinosaures... Et puis mine de rien, utiliser un réseau permet de faire moultes économies en foin, par rapport à une mule.

Bon, maintenant que l’on eut l’idée de faire transiter des trucs par des fils ; il eu fallu décider de comment faire transiter tout ce bordel via des fils. Et c’est la que des grands pontes, dans une tour d’acier et de verre, entre deux conseils d’administration, retinrent l’idée proposée par 3 informaticiens aussi fous que insomniaques qui, un soir, dans leur garage sentant bon l’huile de vidange, inventèrent ce que l’on appelle des protocoles ; c’est-à-dire des moyens de faire transiter de l’information. Parmis ces protocoles, il y a le bien connu HTTP, utilisé par internet (que les 3 informaticiens ont inventé dans une crise d’alcoolisme aigu ; internet n’existant pas à l’époque), mais aussi celui qui nous intéresse : le FTP. FTP veut dire "File Transfer Protocol". Mine de rien, cette simple phrase me permet d’affirmer que jusqu’à présent, je n’ai pas dit que des conneries ; puisqu’on est tout à fait dans le sujet.

Le FTP est donc un protocol spécialement prévu pour faire transiter des fichiers sur des réseaux informatiques. Mais comment tout ce bordel fonctionne-t-il ? C’est à la fois très compliqué, et très compliqué. Procédons par l’exemple. Imaginons que j’ai sur un ordinateur le dernier clip de Britney Spears ; et imaginons que tu le veuilles à tout prix. Puisque je t’ai dit au téléphone entre deux ragots croustillants (et graveleux), que j’avais le dernier clip de Britney Spears sur mon ordinateur, tu te dis que tu le copierais bien sur le tien (d’ordinateur). Bon, comment faire. Il faut que tu fasses communiquer les deux ordinateurs entre eux. Mais comment on fait pour dire "L’ordinateur de mon pote, celui sur lequel il y a des post-its bleus de collés, et qui dépasse à peine du bordel qui jonche son bureau". Ben, c’est simple. Comme toi pour le téléphone, les ordinateurs ont un numéro, qu’on appelle entre nous "adresse IP". Par ce numéro, un ordinateur peut dire "je parle à CET ordinateur là ; et pas à toi ; toi, t’es méchant et t’es pas bo". Et comme on veut échanger des fichiers, on utilise le protocole FTP qui est fait pour exprès garanti (On notera que lorsque tu surfes sur le ouaib, tu utilises le protocole HTTP, généralement ; et que les ordinateurs, ces grands pudiques, cachent leur adresse IP sous des noms aussi ridicule que www.google.com ; einstein.tf1.fr ou encore ursula.secretaires-suedoises.arg ; mais généralement, dès qu’il s’agit de transferer des gros fichiers, on passe discrètement au protocole FTP).

Jusque là ; si tu suis à peu près ; tu as compris que ton ordinateur se comporte comme un gros téléphone, sauf que ça tient pas dans une poche, et meme si la sonnerie est personnalisable, c’est un peu le bordel. Donc, disais-je, à l’aide de ton ordinateur, tu passes un coup de fil en utilisant le protocol FTP. Tu numérotes mon adresse IP ; l’ordinateur visé par l’adresse IP en question, s’il est sympathique et bien luné ; te réponds et t’envoie le fichier demandé. Soit. Tout ça, c’est bien joli ; mais une question subside : Comment je fais, bordel ?

Si on reprend l’analogie du téléphone (je pense sincèrement que l’analogie de qualité est le futur de l’Humanité ; avec les écrans plats (qui a déjà transporté un écran 19pouces sait de quoi je parle) et le sans-fil). Tu veux m’appeler. Ce qui fait office de touche de numérotation (ça sert aussi à jouer à Hugo Délire, mais c’est hors de propos ici), c’est ce que l’on appelle le client FTP. Chez moi, il me faut une sonnerie ; parce que sinon, tu a beau avoir les meilleurs clients FTP du monde ; si j’entends pas qu’on m’appelle... Cette sonnerie s’appelle le serveur FTP. Une fois que mon serveur FTP a sonné un peu et décroché tout seul, il se transforme en secrétaire (pas suédoise ; désolé) pour vérifier que en ce moment meme je ne suis pas parti faire un golf, et pour vérifier si tu as le droit de me parler. Parce que je suis comme ça, moi ; je n’accepte pas que n’importe qui me parle ; non mais. Et une fois que tu as montré pattes blanches ; c’est bon, tu peux prendre des fichiers. Tu peux aussi en mettre, si tu veux ; c’est comme le tèléphone ! ça se passe dans les deux sens (si un interlocuteur était obligé de subir la conversation de son appeleur, sans meme pouvoir mettre son grain de sel, ce serait vite chiant).

Le FTP étant, en plus, vieux comme le monde (déjà les dinosaures s’en servaient pour échanger des recettes de cuisine et des images de leurs vacances en Australie) ; il existe des tonnes et des tonnes (et des tonnes) de clients FTP, et de serveur FTP. Et comme le monde n’appartient pas encore à Bill Gates, certains sont meme totalement gratuits. C’est le cas, par exemple de leechFTP, qu’on peut trouver .

(ne te laisse pas impressionner par le fait que le gars disent qu’il arrete de s’en occuper ; ça marche très bien).

Voila voila

Bon, ça m’a fatigué tout ça ; je vais aller dormir.

Gugu

Répondre à cet article

Forum