Les dangers de la campagne

lundi 17 octobre 2005.
 

Premier week-end dans ce beau pays du Berry, avec un grand soleil qui pousse à aller dehors. Alors, je saisis mon guide vert juste après le Vrai Journal, juste après les Guignols, juste après le Zapping et 3 coups d’Ennemy Territory. C’est où qu’on va ?

Pas beaucoup d’info mais le minimum pour trouver une forêt potable et pas trop loin : il y a la forêt d’Allogny qui est en fait un espèce de prolongement de la forêt de Vierzon et de la forêt de Vouzeron. C’est pas loin, juste à dix bornes, en voiture Simone.

(JPEG)

En allant au pif, on trouve rapidemment un sentier : il y a déjà 2 ou 3 voitures. En fait, il s’agit d’un sentier qui dessert les parcelles de cette partie de la forêt, parcelles comportant toujours le fameux "Propriété privée" (coup de fusil si on te choppe) et au pire le fameux "Cueillette et Ramassage interdits" (si on te voit on te casse les deux jambes). Nous croisames des gens du coin avec un gosse à vélo, puis des parigots qui volaient des champignons dans des terrains privés et un couple plus agé qui avaient ramassé des champignons mais on a pas pu savoir où.

Le sentier était en L, finissait sur une route qui, je le savais, faisait un angle si on partait à gauche : un algorithme même un peu con pouvait en déduire qu’on pouvait faire un circuit en forme de carré (en rectangle, m’a-t-on corrigé par la suite). L’erreur, c’était peut-être là.

Bon, déjà, c’est super chiant de se taper de la route quand il y a des voitures. Mais bon, passe encore. A 400m de la voiture, on passe le long d’une belle propriété, qui dit belle, dit fric, qui dit fric, dit voleur, qui dit voleur dit chien : un berger allemand commence à aboyer le long du portail et du grillage qui borde le tout. Nous, en pleine discussion, on file. Et 20 secondes après, c’est le drame : le chien me mord la cuisse ; je fais volte face, je donne des coups de pieds et je beugle tandis que Simone beugle aussi, mais le chien essaie de chiquer encore ce qui déchire la jambe droite de mon pantalon en toile. Et à force de crier, il finit par s’enfuir (on était à 30m du portail quand même) et il essaie d’attaquer la voiture qui arrive (il est un peu con) forcant les automobilistes à ralentir. Ensuite, en courant un peu partout il fait mine de revenir mais nous on beugle plus fort, surtout quand on a les chocottes.

(JPEG)

Ah ma bonne dame, on aurait un Sarko au pouvoir, on vivrait pas dans ce beau pays insécurisé !

Ensuite, j’ai repris ma 206 CC et je suis retourné sur les lieux du drame en espérant trouver le clébar sur lequel j’aurai roulé allègrement avec mes nouveaux pneus Dunlop. Pas de chance, impossible de l’écraser : il avait disparu. Sauf qu’au loin j’apercois d’autres promeneurs imprudents qui se promènent avec leurs deux gosses au lieu d’avoir leur P38. Je me dirige avec ma 206 CC et dans un freinage frein à main qui fait voler la poussière, je me gare. Je descends pour montrer mon pantalon qui pandouille et leur faire peur, je pourrai leur soutirer au moins 100 ou 200 euros. En quelques mots, je les dissuade de continuer dans cette voie et propose un co-voiturage de fortune entre victime et potentielles victimes (au lieu de refaire les trois autres cotés du rectangle de ballade). Et hop j’embarque le chef de famille qui laisse sa femme, ses deux gosses et les chocottes sur le bas coté. Puis je le pose près de sa caisse et je m’en vais comme un Prince.

Ensuite et benh on rentre chez nous, en passant devant la gendarmerie, on se dit qu’il faudrait peut-être porter plainte mais je préfère aller me soigner d’abord. Je n’ai pas grand chose, ca saigne à peine, mais j’ai une belle trace de morsure. Google+morsure+de+chien. Appel au medecin : pas là, appel au 15. Le 15 il me dit :

-  Oui alors je me suis fait mordre...
-  Par un chien errant, un chien identifié ?
-  Euh identifié.
-  Vous le connaissez ?
-  Euh non je le connais pas mais je sais d’ou il vient.
-  Bon ok. Et bien faudrait aller à l’hopital pour faire examiner tout ca et puis controler vos vaccins, surtout le tetanos.
-  Maintenant là ?
-  Bah oui maintenant là ! A Vierzon ils doivent pas être débordés, ca devrait aller.
-  Ok dac, merci m’sieur !

Aux urgences de Vierzon, un petit coup de bétadine cutanée, et on me prescrit des antibiotiques même si "les antibiotiques, c’est pas automatique". Sauf que les dents d’un chien, ya que des saloperies dessus alors il faut combattre une infection probable. A vos ordres Monsieur le medecin. Je peux rentrer parce qu’il se fait tard et ya Urgences ce soir ?

Epilogue : ce matin, je suis allé péter la gueule aux propriétaires du berger allemand. En fait, il s’agit de 2 petits vieux très gentils, visiblement très embêtés par ce qui m’est arrivé. Ils ont une grande propriété et des voleurs de champignons qui viennent "tous les jours, vous savez" alors bon, le chien courre après les voleurs de champignons, il y en a même "qu’on retrouve perchés dans les arbres" (NDLR : les voleurs, pas les champignons). J’ai obtenu une stocopie du vaccin anti-rabique du chien, et même un certificat d’observation de 15 jours du chien par un véto (car il avait déjà mordu un autre promeneur de l’autre coté de la propriété) ce qui double prouve que le chien n’a pas la rage, alors ca va. J’ai aussi quémandé 500 euros pour mon pantalon en soie de poil de mamouth de chine mais on ne m’a donné que 20 euros pour un pantalon Eurodif.

Bref, j’ai pas la rage et je suis vacciné contre le Tetanos. Dommage, j’aurai pu leur faire un procès et gagner des millions.

Ceci étant, ils vont d’urgence réparer leur cloture et c’est finalement ca le plus important.

Répondre à cet article