Poster un message

En réponse à :

La Bourse ou la Vie

Synthèse bordélique de notre antiraffarinisme.
mercredi 4 août 2004 par Jean François Lalande, Jean-Romain Gaiveau, Loïc Vézier, Cyril Dejonghe, François Guerry, Mathieu Renversade
Ou comment tenter de convaincre qu’il n’y a nul besoin d’être extrémiste ou utopiste pour chercher à s’enrichir en participant au bien-être du plus grand nombre.

En réponse à :

> La Bourse ou la Vie

mercredi 8 septembre 2004

Bonjour à tous.

Cet article est bien construit. Je souligne juste quelques points. Je vous cite : "A l’heure actuelle il n’existe aucun moyen sérieux de régulation, de rééquilibrage, de redistribution des richesses au sein de la bourse." Je pense globalement que c’est vrai. C’est en tout cas en accord avec la vision que je me fais d’une partie du monde libéralisme. Je ne suis pas expert en bourse. Je vais essayer de présenter les choses simplifiées (je vous concèderai que tout modèle simplifié engendre une modélisation erronée de la réalité). En gros, il y a les riches (ou méchants selon une conception de certains) et les pauvres (ou gentils). Les riches ont instauré des systèmes les rendants de plus en plus riches, en exploitant toujours plus les pauvres, et en les appauvrissant toujours plus. Ces différents systèmes sont basés sur des acquis qui n’ont plus lieu d’être (si jamais ils ont été fondés à un instant). Les riches ne maîtrisent pas mieux les outils des ces systèmes mais ce sont les seuls à y accéder. Soit. Ceci dit, comme vous le soulignez justement (je vous cite à nouveau) : « le 21/04/2002, 35% d’électeurs (plus d’1/3) ont voté pour des partis prônant tous, entre autres, une sortie plus ou moins violente du système actuel libéral. Donc on dirait bien qu’il y quand même pas mal de gens qui n’ont pas l’air de penser que tout est pour le mieux dans notre monde merveilleux. » [Je passerai sur le fait qu’il est bien présomptueux et bien imprudent de déduire les pensées des gens à partir d’un simple vote.] Donc, tout ne va pas pour le mieux. C’est exact. Alors pourquoi ne pas essayer de faire que les choses aillent mieux ? Pourquoi ne pas continuer à exploiter les pauvres pour améliorer sa situation au détriment d’autres qui ne peuvent pas se défendre ? Pourquoi ? Parce que c’est contraire au sens moral. A l’éthique et au civisme. Malheureusement ce sont des valeurs qui ne sont pas toujours présentes dans la société actuelle...


Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[s'inscrire] [mot de passe oublié ?]